La responsabilité du coach

La responsabilité du coach doit être d’autant engagée, pleine et entière que son client se trouve en situation de doutes, de souffrance éthique, voire de détresse. Le miroir que le coach offre à son interlocuteur se doit d’être congruent, valorisant et empathique. Pour ce faire, engagement, bienveillance, sincérité, humilité guident l’action du coach.

Les règles essentielles du coach

  • Exercice du coaching : le coach s’autorise en conscience à exercer cette fonction à partir de sa formation, de son expérience et de sa supervision
  • Protection de la personne : le coach adapte son intervention dans le respect des étapes de développement de son client.
  • Respect des personnes : conscient de sa position, le coach s’interdit d’exercer tout abus d’influence.
  • Obligations de moyens : le coach prend tous les moyens propres à permettre, dans le cadre de la demande du client, le développement professionnel et personnel du coaché.
  • Lieu de coaching : le coach se doit d’être attentif à la signification et aux effets du lieu de la séance de coaching.
  • Responsabilités des décisions : le coaching est une technique de développement professionnel et personnel. Le coach laisse de ce fait toute la responsabilité de ses décisions à son client.
  • Demande formulée : toute demande de coaching, lorsqu’il y a prise en charge par une organisation, répond à deux niveaux de demande : l’une formulée par l’entreprise et l’autre par l’intéressé lui-même. Le coach valide la demande du coaché.
  • Refus de prise en charge : le coach peut refuser une prise en charge de coaching pour des raisons propres à l’organisation, au demandeur ou à lui-même. Il indique dans ce cas un de ces confrères.